Archive for juillet 2008

Loi de Murphy et Entropie.

juillet 27, 2008

Surface de Venus par Venera 14

Surface de Venus par Venera 14

Cette image envoyé par la sonde russe Venera 14 est un bon exemple de ce qu’est la loi de Murphy. Sous le bras mécanique visible au milieu de l’image on aperçois un objet circulaire qui n’a rien à faire ici : cet objet n’est rien d’autre que le couvercle de protection de la caméra qui a été éjecté par la sonde et qui est malencontreusement tombé exactement à l’endroit où le capteur du bras mécanique devais ce rabattre pour prendre des mesures du sol Vénusien…

La loi de Murphy est une loi empirique qui exprime un fait que tout le monde expérimente au quotidien et que l’on peut généraliser par le constat suivant : dès que l’on entreprend quelque chose une série de problèmes semble comploter contre nous.

La loi de Murphy s’attache plus particulièrement aux problèmes liés à la conception d’objets ou de systèmes complexes, et au fait que ces objets destinés à des fonctions particulières peuvent être mal employés par l’utilisateur et mener au désastre. Malgré tous les efforts d’une armada d’ingénieur il arrive presque toujours qu’un utilisateur trouve, bien malgré lui, la faille fatale.

La meilleure solution est sans doute de simplifier au maximum les systèmes et de limité les degres de libertés (utiliser par exemple un détrompeur).

Le problème c’est que le défaut de conception d’un objet est généralement inhérent à sa fonction et ne peut donc être supprimé, on peut citer le râteau comme exemple, la forme et les dimensions de cet objet est idéal pour sa fonction mais elle comporte une faille : si on le laisse traîner parterre dans le jardin on à une chance de marcher sur son extrémité, or la petitesse des dent du râteau allié à la longueur du manche fait que l’on risque fort de recevoir un coup violant à la tête.

En fait, à bien y réfléchir, on se rend compte que la loi de Murphy traduit un problème cosmique insoluble lié au fait que l’on cherche à imposer une volonté singulière à un monde doté d’innombrable degrés de libertés.

On voit là un lien évident entre la Loi de Murphy et l’entropie, l’entropie mesure le degrés d’ordre d’un état en fonction du nombre de combinaison possible menant à ce même état, or il y a beaucoup plus de combinaisons (ou complexion) non désirés que de combinaison désirés, ce qui fait qu’un système aura toujours tendance à vouloir tendre vers un états non désiré (beaucoup plus probable car potentiellement beaucoup plus nombreux), c’est à dire vers une entropie ou un désordre plus grande.

Entreprendre quelque chose consiste à faire une série d’action bien défini, ces actions peuvent tolérer quelques variantes mais elles sont bien moins nombreuses que celles, souvent catastrophique, produite par le simple hasard.

Dans le cas d’un objet destinée à une fonction particulière le phénomène peut s’inverser, c’est à dire que la faille, si elle existe, est peu probable mais si le nombre d’utilisation est suffisamment grand alors elle finira par ce manifester.

La loi de Murphy traduit le fait que le hasard passe son temps à explorer toutes les combinaisons de la matière que lui autorise les nombreux degrés de liberté de l’Univers, sans cela la vie et l’homme ne serait jamais apparu sur terre… Alors avant de pester contre la Loi de Murphy rendez vous bien compte qu’elle n’est en fait que la conséquence d’un monde Libre.

Un monde sans loi de Murphy serait totalitaire et sans vie !